Ostéopathie crânienne

Présentation du crâne

Le crâne humain est constitué de 28 os répartis en neurocrâne (la voute et la base) et le viscérocrâne (la face). Au niveau de la voute crânienne et de la face, les différents os s'unissent les uns aux autres par l'intermédiaire de sutures. Les sutures sont un type d'articulations constituées de tissu fibreux qui se densifie dans le temps. Les sutures sont très mobiles chez l'enfant. Chez le nourrisson, elles permettent une grande plasticité pendant l'accouchement. Chez le bébé et l'enfant, elle permettent une grande expansivité pendant la croissance (sous la dépendance de l'augmentation de volume des hémisphères cérébraux et du cervelet). Chez le bébé, les os du crâne sont séparés par 6 fontanelles. Les fontanelles sont des espaces membraneux qui permettent la poursuite de la croissance du crâne et de l'encéphale.

 

 

Le volume crânien est multiplié par 2 pendant les 6 premiers mois de vie (multiplié par 3 avant 2 ans et atteint 80% de son volume définitif à 3 ans).On voit bien, sur la courbe représentant l'accroissement du périmètre crânien sur les 3 premières années de vie,que la pente tend à diminuer dès les premiers de mois de vie. De plus, la malléabilité des sutures et la fermeture des fontanelles dans la petite enfance (elles sont toutes fermées avant 2 ans) contribuent à privilégier une intervention précoce en Ostéopathie pédiatrique.

 

Chez les bébés, il y a 6 fontanelles (1 fontanelle postérieure ou lambdoïde, 2 fontanelles astériques, 2 fontanelles ptériques et la fontanelle antérieure ou bregmatique). La fontanelle postérieure est la première à se fermer (entre 2 et 3 mois), puis ce sont les fontanelles astériques et ptériques (entre 6 et 8 mois) et enfin la fontanelle bregmatique (entre 12 et 18 mois). On ne parle souvent que de cette dernière car c'est la plus large et la plus facilement perceptile par les parents). Sa malléabilité et sa pulsatilité lors de la succion sont les signes d'une pression intra-crânienne normale (l'hypertension intra-crânienne chez le bébé peut donner l'impression d'une fontanelle bombée; la déshydratation donne une fontanelle anormalement dépressible). 

 

Liens anatomiques avec le reste du corps

 

Le crâne ne peut pas être isolé du reste du corps (c'est un des principes fondamentaux de l'Ostéopathie: l'inter-relation des structures entre elles). 

En effet, le crâne est rélié à la machoire par les articulations temporo-mandibulaires et par les muscles de la mastication (vous retrouverez plus de détails sur les liens anatomiques entre la mandibule et le crâne sur la page consacrée aux articulations temporo-mandibulaires). La mandibule est elle-même reliée à l'os hyoïde (par les muscles sus-hyoïdien: mylo-hyoïdien, génio-hyoïdien et digastrique) lui même relié au thorax par les muscles sous-hyoïdien etc... La mandibule est égament reliée à la langue (par le muscle génio-glosse notamment): il n'est donc pas possible de considérer la mandibule sans prendre en compte le contenant de la cavité buccale et les fonctions oro-faciales (déglutition, language, respiration etc.)

 

L'occiput (os le plus postérieur de la base du crâne) s'articule directement à la 1 ère vertèbre cervicale et est reliée aux 2 premières cervicales par les muscles sous-occipitaux (muscles profonds cervicaux qui sont représentés sur le shéma de gauche).

En fait, toutes les vertèbres du rachis (l'occiput, les 7 vertèbres cervicales, les 12 vertèbres thoraciques, les 5 vertèbres lombaires et le coccyx) sont reliées les unes aux autres par les muscles mono-articulaires paravertébraux (qui unissent chaque vertèbre à celle qui est juste en dessous et juste au-dessus), des muscles longs polyarticulaires et par des ligaments ce qui rend la colonne vertèbre similaire à une chaîne dont il faut prendre chaque maillon en compte pour rétablir un fonctionnement optimal de l'ensemble de la mécanique.

 

 

La base du crâne présente des orifices par lesquels passent le système artério-veineux du crâne et certains nerfs crâniens dont le trajet est en partie extra-crânien. Ces orifices sont des orifices entre deux os ou intra-osseux (au sein d'un même os).

Par exemple, le canal de l'hypoglosse permet la sortie du nerf hypoglosse (nerf crânien IX) qui va innerver les muscles de la langue (rôle essentiel dans la succion, la déglutition etc.)

Le foramen déchiré (ou trou déchiré antérieur) laisse passer l'artère carotide interne (principal tronc artériel qui apporte le sang riche en oxygène au crâne).

Le foramen jugulaire (ou trou déchiré postérieur) laisse sortir la veine jugulaire interne (drainage veineux du crâne), le nerf glosso-pharyngien (nerf crânien IX qui innerve les muscles de l'oropharynx, stimule la sécrétion de salive par la glande parotide etc), le nerf vague (nerf crânien X qui innerve le coeur, les poumons et le système digestif) et le nerf accessoire (nerf crânien XI qui innerve les muscles trapèze et sterno-cleïdo-occipito-mastoïdien) 

Et bien d'autres...

On comprend donc pourquoi il est possible, s'il y a des tensions mécaniques sur cette partie postérieure de la base du crâne, qu'il y ait des retentissements sur les fonctions de succion, language, déglutition, digestion, respiration etc.

 

Anatomie du système crânio-sacré

Les méninges sont les membranes qui entourent et protègent le système nerveux central. La dure-mère est la couche la plus superficielle. Elle est composée de 2 feuillets qui se dédoublent (dans le dédoublement de ces feuillets, on retrouve les sinus veineux). Son feuillet le plus externe adhère, dans la boite crânienne, à la face interne des plaques osseuses du crâne. Son feuillet interne délimite des cloisonnements dans le crâne (faux du cerveau et tente du cervelet) que l'on peut travailler en Ostéopathie crânienne, par un toucher indirect (par l'intermédiaire des os de la voute et de la base)

Les différentes couches de méninges délimitent des espaces (extra-dural, sous-dural, sous-arachnoïdien). Ces méninges se prolongent le long de la moelle épinière (en passant à travers le foramen magnum de l'os occipital). 

Le long de la colonne, on retrouve donc les mêmes espaces. L'espace sous-arachnoïdien est l'espace entre la pie-mère (qui adhère à la moelle épinière) et l'arachnoïde. Dans cet espace circule le liquide céphalo-rachidien (LCR) et il est parfois prélevé entre la 4° et 5° Llombaires (=ponction lombaire). 

Les nerfs rachidiens émergent de la colonne par les foramens inter-vertébraux et sont entourés par l'épinèvre, qui est la superposition de l'arachnoïde et de la pie-mère (qui s'invaginent).

Les méninges se prolongent donc à distance de l'axe central de la colonne, le long des nerfs périphériques. 

 

Concept ostéopathique de Sutherland

Le premier ostéopathe à s'intéresser à la mécanique du crâne est l'Amérique William GARNER SUTHERLAND (1875-1954). Après des années d'étude et d'expérimentations sur la biomécanique du crâne, il publie l'ouvrage référence en Ostéopathie crânienne: Osteopathy in the cranial field.

Selon lui, le crâne bouge selon un mouvement très léger, involontaire et rythmé que l'on appelle le Mouvement Respiratoire Primaire (MRP) et qui est inhérent à : 

-la conformation du crâne: présence de sutures qui présentent ce que l'on appelle des tables internes, des tables externes et des biseaux, propices au mouvement

-fluctuation du liquide céphalo-rachien (LCR) qui est sécrété et résorbé de façon rythmée (secrété par les plexus choroïdes et réabsorbés par le système veineux). La pression du LCR varie avec la pression artériel et la respiration. Les différentes circulations des fluides dans le corps sont inter-dépendants les uns des autres. Cette circulation crée un mouvement rythmé des membranes de tensions réciproques (ces membranes se rattachant aux os du crâne et se prolongeant dans le canal vertébral)

-mobilité du SNC (lié à l'activité cérébrale et notamment à l'activité des cellules gliales)

 

 

Indications

L'Ostéopathe fait donc une évaluation palpatoire du crâne. Il évalue la forme, la densité, la mobilité. Chez le bébé, il prend le soin de vérifier que les sutures sont bien présentes et que les fontanelles ont une taille et une densité normale (à mettre en corrélation avec l'âge). Il regarde aussi la forme du crâne et la forme du visage (y-a-t-il un oeil qui parait plus grand? Une oreille plus décollée? etc) qui peuvent être le reflet de tensions crâniennes.

Par de subtiles et très douces pressions sur le crâne, il redonne de la mobilité aux sutures et/ou membranes qui en ont besoin. 

Ainsi, l'Ostéopathie peut être efficace dans les situations suivantes

-déformations du crâne du bébé (plagiocéphalie, brachycéphalie etc.)

-céphalées ou migraines

-pleurs inexpliqués chez le bébé

-difficultés d'endormissement/ concentration

-acouphènes, vertiges

-infections ORL à répétition

-douleurs, claquements de la machoire, névralgie (Arnold, faciale etc) (CF ARTICLE MACHOIRE)

-rachialgies diverses (cervicalgies, dorsalgies etc.)

-problèmes digestifs (en lien avec le nerf vague, notamment)

 

Les motifs cités ci-dessous sont les motifs les plus "directement" en lien avec le crâne. Le rôle de l'Ostéopathe étant de mettre toutes les structures du corps en relation les unes avec les autres, des tensions du crâne peuvent avoir des retentissement beaucoup plus à distance.

Par exemple, une asymétrie de la mobilité de l'occiput sur la 1 ère cervicale (liée à un choc sur la voute crânienne, même ancien) peut avoir pour conséquence de tirer sur un trapèze et entrainer des douleurs de l'épaule du même côté.  

Dans le cadre de la prise en charge des motifs précédemment cités, l'Ostéopathe évalue aussi la mobilité du système manducateur (si vous souhaitez plus d'explications sur ce sujet, vous pouvez vous référer à la page intitulée "le système manducateur")

 

L'Ostéopathie traite les troubles fonctionnels. Certaines situations nécessitent, en priorité, une prise en charge médicale: suspicion de problème neurologique, infection ORL en cours avec fièvre importante associée et/ou confusion et/ou difficulté à se nourir, traumatisme crânien récent (de moins d'1 semaine) chez le nourrisson etc.